En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Blog SES

A la découverte des trésors industriels et culturels locaux !

Par admin carcouet, publié le mercredi 29 juin 2016 11:13 - Mis à jour le mercredi 29 juin 2016 11:18

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 3 juin, les élèves de première ES sont allés à la découverte d'un territoire nantais en pleine mutation. Au fil d'un parcours sociologique et culturel, ils sont partis en quête des secrets de l'île de Nantes...

 

Engagés depuis six mois dans un projet d'aide personnalisée lié au monde ouvrier, les élèves de première ES du lycée Carcouët, ont terminé l'année de manière ludique par une sortie scolaire sur l'île de Nantes. Ce moment convivial était le point d'orgue d'un important travail mené en SES et en Littérature. Après avoir étudié, notamment, l'évolution du domaine industriel, la littérature liée au monde ouvrier, rencontré un ancien salarié des chantiers navals... les jeunes lycéens ont pu mettre à profit tous ces acquis dans un parcours ludique et palpitant !

 

Sur les traces du passé

Après avoir observé collectivement l'évolution du paysage en comparant une carte postale du début du siècle aux aménagements actuels, cinq groupes sont partis à la recherche d'indices sur le passé industriel de Nantes. Munis de livrets, les élèves devaient suivre un itinéraire qui les amenait sur différents lieux marquants de l'Histoire ligérienne où ils devaient réaliser diverses activités. Depuis la maison de hommes et des techniques qui abrite une exposition passionnante sur les chantiers navals, jusqu'au pont transbordeur dont les élèves ont découvert les traces, nos détectives en herbe ont pu se confronter au mystère de la caraque, imaginer la vie de figures mythiques et populaires comme celle de Marie-grosses-tétines et Palpetout, mesurer l'envergure de la grue titan qui domine le port ou encore se laisser happer par la perspective des anneaux de Buren.

 

D'une ville industrielle à une ville tertiaire

Après une pause déjeuner au jardin des voyages, les lycéens ont ensuite fait un bond dans le temps en observant les mutations de ce quartier riche en espaces énigmatiques et hors du commun. Depuis la cale des chantiers ou sur le toit de l'école d'architecture, ils ont pu admirer le paysage nantais à perte de vue. En déambulant sur l'île de Nantes, ils ont aussi été confrontés à un bien étrange mètre à ruban géant et sont restés interdits devant la masse protéiforme du bar-sculpture l'Absence. Quant aux messages lumineux défilant devant le palais de justice, qu'ils devaient tenter de recopier, ceux-ci ont représenté pour eux une vraie gageure. Après avoir côtoyé les réalisations de grands noms de l'architecture comme Jean Prouvé ou Jean Nouvel, ou profité d'oeuvres d'art sonores comme celle de Manny Air, les groupes ont enfin rejoint le point de ralliement pour un temps de partage.

 

Des défis relevés avec brio

Pour pimenter la journée, les cinq groupes avaient également à relever quelques défis littéraires et artistiques au gré de leurs parcours. En fin de journée, ils ont ainsi présenté à leurs camarades et leurs trois professeurs accompagnateurs de véritables créations collectives. Du land art, en passant par une déclamation d'abécédaire ou de poème à la manière de Rimbaud sur le thème de Nantes, ils nous ont fait découvrir notre ville et le monde ouvrier sous un angle original et personnel. Une fresque et des mimes ont aussi permis à tout le groupe d'aborder notre territoire sous un angle visuel très singulier. Un défi final autour des personnages de roman a clôturé cette journée conviviale qui a révélé l'enthousiasme et l'investissement de cette classe pleine de bonne humeur et permis de finaliser un projet fédérateur pour élèves et enseignants. De quoi terminer l'année avec grande satisfaction.

 

 

Rozenn Guéguen (SES) – Corinne Marrony (Tourisme) – Geneviève Henry (Lettres modernes)

 

 

Quelques réalisations d'élèves :

 

Abécédaire nantais

 

A comme Armateurs : ils ont fait construire des bateaux dont vous pouvez lire les noms au mémorial de l'esclavage.

B comme Bretagne : un peu d'Histoire s'impose car c'est en 1498 que le destin de Nantes fut à jamais lié à celui de la France.

C comme Crébillon : rue la plus chère de Nantes. On en a d'ailleurs un verbe : crébilloner.

E comme Esclavagisme : n'oublions pas le passé sombre qui fit la fortune de notre ville. Le mémorial remplit ce devoir.

F comme Feydeau : il fut un temps où ce carré fut une île... Puis on a comblé la Loire.

G comme Graslin : notre bel opéra entouré des rues Voltaire, Rousseau... Que de culture en la ville de Nantes.

H comme Hangar : lieu de stockage par le passé, c'est aujourd'hui le lieu de fête que vous connaissez.

L comme Loire : elle a emporté plus d'un imprudent mais n'en reste pas moins un symbole vivant de notre belle ville de Nantes.

M comme Machine : on pense aux machines de l'île bien sûr, véritable concept vecteur du tourisme dans la région.

P comme Port : 2000 ans de commerce et de construction navale et une devise : Favet Neptunus Eunti (avec Neptune favorise le commerce).

Q comme Quai : quai Turenne, quai des Antilles, quai de la Fosse... Ils sont trop nombreux pour les énumérer mais chacun a son histoire.

R comme Reconversion : le thème de la journée.

T comme Titan : certains se demandent peut-être pourquoi, regardez ce colosse et cultivez-vous de mythologie, alors vous comprendrez.

U comme Usines : elles ont fait la fierté des ouvriers et des Nantais. Parmi ces industries, on peut retrouver Beghin Say, Lu, BN, Cassegrain...

 

Victor Lebastard, Patrick Laurent, Julie Robert, Gnima Bodiang, Océane Boisson, Mélina Gléhen, Maïwenne Callarec.

 

Poème à la manière de Rimbaud

 

Dans le centre-ville de Nantes

Il y a une île attirante

Munie de nombreux ouvriers

Prêts à tout pour leur chantier.

 

Une splendide robe jaune habille une grue.

Pour ne pas la mettre à nue

Buren a construit des anneaux

Pour embellir cette eau.

 

Dans cette atmosphère de complicité sociale

Habite un chantier naval

qu'embrasse la Loire.

 

Du bout de l'île, Trentemoult, nous pouvons apercevoir.

Ainsi le soir, un vent délicieux

Fait valser mes cheveux.

 

Angie Belfar, Antoine Martin, Marianne Deniau, Lucie Lobut, Manon Badot, Naouel Soares.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièces jointes